la France est en situation de forte vigilance et se situe en niveau de risque « élevé » avec l’application des mesures de prévention suivantes sur l’ensemble du territoire métropolitain :

  • mise à l’abri des volailles des élevages commerciaux et la claustration ou mise sous filet des basses-cours ;
  • interdiction de l’organisation de rassemblements et de la participation des volailles originaires des territoires concernés ;
  • conditions renforcées pour le transport, l’introduction dans le milieu naturel de gibiers à plumes et l’utilisation d’appelants ;
  • interdiction des compétitions de pigeons voyageurs au départ ou à l’arrivée de la France jusqu’au 31 mars ;

Pour les basse-cours, la claustration ou la protection par un filet est obligatoire. Il faut aussi :

  • protéger le stock d’aliments des oiseaux sauvages, ainsi que l’accès à l’approvisionnement en aliments et en eau de boisson des volailles ;
  • éviter tout contact direct entre les volailles des basse-cours et les oiseaux sauvages ou d’autres volailles d’un élevage professionnel ;
  • ne pas se rendre dans un autre élevage de volailles sans précaution particulière ;
  • protéger et entreposer la litière neuve à l’abri de l’humidité et de toute contamination sans contact possible avec des cadavres.
  • réaliser un nettoyage régulier des bâtiments et du matériel utilisé pour la basse-cour et ne jamais utiliser d’eaux de surface : eaux de mare, de ruisseau, de pluie collectée… pour le nettoyage de l’élevage.

Ces mesures doivent être accompagnées d’une surveillance clinique quotidienne dans tous les élevages (commerciaux et non commerciaux). Il est aussi indispensable de déclarer sans délai toute suspicion d’influenza aviaire à son vétérinaire ou aux services vétérinaires (DDETSPP).

Vigilance influenza aviaire – rappel des mesures de biosécurité